Conte de fourmi 🐜

Bonsoir tout le monde!

En ce moment j’ai pas mal de stress et de peurs viscérales qui remontent (hé oui ça m’arrive!)… Je vous dis pas, c’est pas trop la joie et pas toujours évident à gérer, mais très intéressant quand on creuse un peu 😉 Je vous partagerai sûrement cela une prochaine fois.

En tout cas cela m’a donné l’idée de retrouver une histoire qui m’a beaucoup touchée et que j’avais besoin de relire à cet instant. Je me suis dit que ce serait chouette que je la repartage. Elle n’est pas de moi mais de Bernard Werber et ses fameux livres sur les fourmis!

La fourmi héroïne des romans nous conte une histoire au coin du feu (bon le feu c’est moi qui l’ai ajouté hein, faut bien que je mette ma patte sinon je servirais à quoi?? 😉 ) :

« Elle [103 683ème alias 103ème, une fourmi] se souvient d’une légende myrmécéenne que Mère Belo-kiu-kiuni avait contée jadis à ses sœurs et à elle. […]
« Un jour, Goum-goum-ni, une reine de notre dynastie, se languissait dans sa loge nuptiale. Elle avait été frappée par la maladie des états d’âme. Trois questions l’obnubilaient et mobilisaient toute sa capacité de pensée :
Quel est le moment le plus important dans la vie ?
Quelle est la chose la plus importante à accomplir ?
Quel est le secret du bien-être ?

Elle en discuta avec ses sœurs, ses filles, avec les esprits les plus féconds de la Fédération sans obtenir de réponse qui la satisfasse. On lui dit qu’elle était malade, que rien des trois questions qui l’obsédaient ne pouvait être considéré comme vital pour la survie de la Meute.
Ainsi rebutée, la reine se mit à dépérir. La Meute s’inquiéta. Si la cité ne voulait pas perdre sa pondeuse unique, elle devait, et cela pour la première fois, se pencher sérieusement sur des problèmes abstraits.

Le moment le plus important ? La chose la plus importante ? Le secret du bien-être ?

Tout le monde proposa des réponses. Le moment le plus important, c’est quand on mange, parce que la nourriture apporte l’énergie…
La chose la plus importante à faire, c’est de se reproduire afin de perpétuer l’espèce et d’augmenter la masse des soldates qui défendront la cité…
Le secret du bien-être, c’est la chaleur, car la chaleur est source de plénitude chimique…

Aucune de ces solutions ne contenta la reine Goum-goum-ni. Alors elle quitta le nid et partit seule dans le Grand Extérieur. Là, elle eut à lutter durement pour survivre.

Quand elle revint trois jours plus tard, sa communauté était dans un état lamentable. Mais la reine tenait ses réponses. La révélation lui était venue au beau milieu d’une bagarre sans merci contre des fourmis sauvages.

Le moment le plus important, c’est maintenant, car on ne peut agir que sur le présent. Et si on ne se préoccupe pas de son présent, on manquera aussi son futur. La chose la plus importante est d’affronter ce qui est là, face à nous. Si la reine ne s’était pas débarrassée de la guerrière qui voulait la tuer, c’est elle qui serait morte. Quant au secret du bien-être, elle l’avait découvert après le combat : c’est d’être vivant et de marcher sur la Terre. Tout simplement.

Goûter l’instant présent.
S’occuper de ce qui nous fait face.
Marcher sur la Terre.
Telles sont les trois grandes recettes de vie léguées par la reine Goum-goum-ni. » »

Je vous laisse méditer là-dessus et vous dit à bientôt ❤

Evelyne

Histoire extraite du livre Le jour des fourmis de Bernard Werber

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.